Création de kakémono

Pour que celui-ci ait l’effet escompté, il convient de créer un kakémono de qualité. Il faut donc tenir compte des différents facteurs que nous allons voir ci-après.

Comment réaliser un kakémono ?

Pour créer un kakémono qui fonctionne, il faut avant tout respecter le sens de la lecture. Contrairement aux supports de communication habituels tels que les flyers et les prospectus, un kakémono est plus imposant. Une personne commence toujours par lire ce qui se trouve à la hauteur de ses yeux. C’est spontané !

Ensuite, elle poursuit en regardant le haut du kakémono avant de descendre progressivement. Par conséquent, il faut mettre l’élément clé du kakémono au milieu pour maintenir l’attention du lecteur. Ce peut être un message d’accroche, une photo, ou les deux.

Le logo de l’entreprise ou de l’événement est à placer au sommet du totem pour que les lecteurs sachent qui s’adresse à eux. Il faut également hiérarchiser les informations à mettre dans le kakémono. Le but est de délivrer un message percutant et clair. Pour cela, il faut placer chaque visuel et chaque mot au bon endroit. En fonction de l’emplacement prévu, il est possible d’imprimer en recto seul ou en recto verso.

Une fois que la maquette est terminée, il ne vous reste qu’à trouver un bon imprimeur. A noter, Papeo peut vous aider à concevoir la maquette.

Qu'est-ce qu'un kakémono ?

Le kakémono ou affiche suspendue est un support de communication ou de promotion qui peut aussi servir de décoration. Il s’agit d’une affiche tenue par deux profilés en aluminium en haut et en bas. Les profilés sont réutilisables.

Pour la petite histoire, le kakémono vient du Japon où il désigne un objet suspendu. Traditionnellement, c’est une calligraphie d’Extrême Orient ou une peinture suspendue à la verticale. À l’heure actuelle, il fait référence à un support publicitaire déposé de la même manière.

Par ailleurs, le roll-up est une variante du kakémono. Il se dote d’un enrouleur qui permet d’installer et de ranger la PLV avec plus de facilité et de rapidité. Il suffit de fixer le support publicitaire sur un mât et il s’enroule et se déroule simplement. Un roll-up est donc un kakémono sur pieds à enrouleur. Il est encore plus pratique et transportable.

Il existe d’autres variantes, dont le X-banner et le photocall. Le X-banner est un kakemono sur pieds qui dispose d’une structure en X. Quant au photocall, il s’agit plutôt d’un fond de stand grand format devant lequel les invités d’un événement spécial peuvent prendre des photos.

Quoi qu’il en soit, tous les kakémonos ont l’avantage d’être visibles au loin (jusqu’à 30 mètres) grâce à leur grande taille. Ils peuvent contenir une publicité, une présentation et/ou une signalisation en fonction des besoins et du contexte.

Que mettre sur un kakémono ?

Chaque élément apparaissant dans le kakemono joue un rôle important dans son efficacité. Ainsi, il faut y faire figurer :

  • Le logo de l’entreprise ;
  • Le nom et le slogan de l’entreprise ;
  • Les produit, les services et/ou l’événement à promouvoir ;
  • Le message principal qui incite le lecteur à acheter ou à participer ;
  • Une image qui illustre le message ;
  • Les coordonnées de l’entreprise (adresse postale, numéro de téléphone, adresse e-mail, site web, etc.).

Comme nous l’avons déjà indiqué, le logo est à imprimer en haut de l’affiche. Le message et l’image, quant à eux, sont à placer au milieu puisque ce sont les éléments qui servent à attirer le regard dans un premier temps.

En ce qui concerne l’image, elle doit être pertinente, attrayante et d’une résolution impeccable. Surtout, elle doit être adaptée au format vertical. N’oubliez pas que les visiteurs jugeront la qualité de votre marque à travers la qualité de vos supports publicitaires. Et pour qu’ils lisent tout le contenu, il faut d’abord que le kakémono leur donne envie de le faire.

Quelles sont les codes couleurs d'un beau kakémono ?

Les couleurs font partie des premiers éléments que les passants voient sur le kakémono. Ainsi, il faut les choisir avec stratégie. Tout dépend de votre cible et de votre domaine d’activité. Le but est de déclencher de l’émotion à travers les tons sélectionnés :

  • Le jaune symbolise la joie, la jeunesse et le soleil.
  • Le rouge fait référence à l’amour et à la vie.
  • Le vert représente l’espoir, la nature et la croissance.
  • L’orange est la couleur de la créativité et de la vitalité.
  • Le bleu symbolise le calme, la confiance et la communication.
  • Le violet marque le luxe et le mystère.
  • Le noir est la quintessence de l’élégance et de l’intemporalité.
  • Le blanc réincarne la pureté la puissance et également l’élégance.

Vous pouvez donc choisir en fonction du message que vous voulez véhiculer. Pensez également à rester dans le code couleur de votre entreprise pour une question de cohérence. En outre, il est fortement conseillé de mettre trois couleurs tout au plus. Trop de couleurs risquent d’alourdir le visuel et nuire ainsi à l’efficacité du kakémono ou du roll-up.

Quelles sont les dimensions standard d'un kakémono ?

Chaque entreprise et chaque organisateur d’événement peut choisir les dimensions qu’il souhaite pour son kakémono. Mais les tailles les plus fréquentes sont :

  • Le format économique de 60 x 160 cm ;
  • Le format standard de 85 x 200 cm ;
  • Le format haut de gamme de 100 x 200 cm ;
  • Le format roll extérieur de 120 x 200 cm ;
  • Le kakémono géant autoportant de 200 x 200 cm, de 170 x 300 cm, voire plus.

La plupart des kakémonos présents dans les événements professionnels bénéficient des dimensions standard de 85 x 200 cm. Mais il est tout à fait possible de commander une taille sur-mesure si nécessaire.

Combien coute un kakémono ?

Beaucoup de facteurs conditionnent le prix d’un kakémono. Bien évidemment, la taille du support entre en compte. Mais c’est surtout la qualité de la matière utilisée qui a un impact sur le coût. Vous avez notamment le choix entre le tissu, le plastique, le PVC, le polytéréphtalate d'éthylène (PET) et le polyester. Le type de kakémono que vous choisissez peut aussi être pris en considération : un PLV suspendu, un roll-up, un X-banner ou un photocall. En général, les supports suspendus coûtent moins chers que les kakemonos sur pieds qui nécessitent une structure solide.

Un kakémono de format standard (85 x 200 cm) coûte en moyenne 25 € la pièce. En fonction de la matière choisie, le prix peut varier, à la baisse ou à la hausse. Un modèle sur pieds de 2 ou 3 mètres de hauteur peut coûter jusqu’à 300 € l’unité. Nous vous conseillons de comparer les offres pour voir quel imprimeur offre le meilleur rapport qualité-prix pour avoir un bon kakémono.

Quelles polices sont lisibles sur un kakémono ?

La typographie est importante dans la création d’un kakémono. En cela, il faut choisir une ou des polices à la fois esthétiques et lisibles. Les passants doivent pouvoir lire le texte de loin et sans effort. Cela concerne le titre, le message d’accroche et le slogan, entre autres. Évitez à tout prix les polices de caractères illisibles et trop fantaisistes. Nous conseillons les polices sans serif puisqu’elles sont dépourvues d’empattement. C’est le cas de Lato, de Roboto, de Ptsans et d’Opensans. Elles permettent toutes une bonne lecture à distance.

Exemples de kakémonos originaux

Vous l’aurez compris, votre kakémono doit se démarquer pour attirer l’attention des visiteurs. Il doit être singulier tout en étant élégant. Voici quelques modèles qui pourront vous inspirer.

Exemple de kakémono pour une banque

 

Exemple de kakémono pour une entreprise high tech

 

Exemple de kakémono pour une agence de communication

 

Exemple de kakémono pour un organisateur événementiel

 

Exemple de kakémono pour une agence de voyage

 

Exemple de kakémono pour une boutique de luxe